The story behind my tattoo and my passion for Japan – Koinobori

Version française à la suite

In Japan, having tattoos is a very daring thing to do. Until recently, tattoos were only seen on the yakuza (the Japanese mafia) and associated in the Japanese mind with jail time and crime. They were used by the yakuza to symbolize status in the organization and done in the traditional tebori (hand poking) way.  It is only starting to be recognized as a fashion, but it is still forbidden for tattooed people to enter the onsen (hot spring), pools, gyms, and some beaches. My boyfriend, who is not a criminal but covered in tattoos is regularly randomly stopped by policemen for an identity check because of this.

I knew what I was going to be exposed to for getting a tattoo, especially as a model, but this one is very important for me and I made the decision to get it for a very long time. Let me explain the story behind it :

When I was 13, I saw a show of Yohji Yamamoto in VHS and it moved me so much, I wanted to learn more about the Japanese culture : who are these people who can make such amazing garments ? At this time, I knew nothing about fashion or Japan but this show was like nothing I had ever seen.

I started consuming everything I could about Japan and the more I learned, the more I fell in love with this culture. Japan is one of the most developed countries in the world, but has managed to preserve its culture that is so special and unique. I feel that you cannot be as disoriented when going to New York, London or any other big capital.
Ask anyone that knew me from this time and they will say « the girl that is obsessed with japan », and it hasn’t changed.

Of course my dream was always to go and live in Japan. I always promised myself that if i managed to do so, i’ll get this particular tattoo.
In September 2015, after a year of preparation (gathering the money, getting the visa…), I was finally able to go live in Japan as a student for my bachelor year and it has been the most amazing time of my life.

Now, after completing my first year of master in my hometown, Paris, i am back in Japan for 12 months of internship in a fashion brand, before coming back to Paris and graduate.

The meaning of my tattoo : what is Koinobori ?

I chose the koï (Japanese carp) because of its meaning :

« the Japanese consider it the most spirited fish – so full of energy and power that it can fight its way up swift-running streams and cascades. Because of its strength and determination to overcome all obstacles, it stands for courage and the ability to attain high goals. » (Japanese American National Museum, 2006)

The meaning comes from one of 24 stories in the Book of the Later Han, where of all the fishes in the Yellow River, only the Koï (carp) managed to swim upstream the waterfall, until reaching the dragon door and becoming itself a dragon.

It is in Japan a symbol for overcoming life’s difficulties and achieving success.

Becoming an expat and leaving alone for this far away country where a knew no one and not speaking the language (only the basics at that time) required a lot of efforts and investment. Being my dream for such a long time, I worked very hard to achieve it, and this philosophy became my moto in life.

Koinobori is present in nowadays Japan during the « children’s day » (May 5), paper-made carp streamer can be seen flying all over Japan from April to early May.

It is a symbol for boys, since the determination and power of the koï are expected from the Japanese men. the koinobori is supposed to bring good fortune and help them grow healthy and strong.

When it is time for koinobori, i feel as it is a bit my day too and feel very happy.

Pictures by Marta Bevacqua

Tattoo by Rin KG

L’histoire derrière mon tatouage et ma passion pour le Japon – Koinobori

Au Japon, avoir des tatouages ​​est quelque chose de très audacieux. Jusqu’à récemment, les tatouages ​​étaient l’apanage des yakuzas (la mafia japonaise) et associés dans l’esprit japonais à la prison et au crime. Les yakuzas utilisent le tebori (tatouage traditionnel effectué à l’aide d’un manche en bois ou en acier, le tatoueur vient piquer la peau à la main.). Le tatouage commence à être reconnu comme une mode, mais il est toujours interdit aux personnes tatouées d’entrer dans les onsen (sources chaude), piscines, salles de sport et certaines plages. Mon copain, qui n’est pas un criminel mais couvert de tatouages, est régulièrement arrêté par les policiers japonais pour un contrôle d’identité à cause de cela.

Je savais ce dont j’allais être exposé en me faisant un tatouage, surtout en tant que mannequin, mais celui-ci est très important pour moi et j’ai pris la décision de le faire il y a très longtemps. Permettez-moi d’expliquer l’histoire qui se cache derrière celui-ci :

À l’âge de 13 ans, j’ai vu un défilé de Yohji Yamamoto en VHS, il m’a tellement émue que j’ai voulu en savoir plus sur la culture japonaise : qui sont ces personnes qui peuvent fabriquer des vêtements si étonnants ? À cette époque, je ne savais rien de la mode ni du Japon, mais ce défilé présentait un style, une philosophie que je n’avais jamais vue.

J’ai commencé à consommer tout ce que je pouvais trouver au sujet du Japon et plus j’en apprenais, plus je suis tombée amoureuse de ce pays. Le Japon est l’un des pays les plus développés au monde, mais il a réussi à préserver sa culture si spéciale et unique. Je pense qu’en tant qu’occidental, on ne peut pas être aussi dépaysé en allant à New York, à Londres ou à toute autre grande capitale.
Demandez à quiconque m’a connu à partir de cette époque et ils diront « Klara, la fille obsédée par le Japon », et cela n’a pas changé.

Bien sûr, mon rêve était toujours d’aller vivre au Japon. Je me suis toujours promis que si je réussissais à le faire, je ferai ce tatouage en particulier.
En septembre 2015, après une année de préparation (recueillir l’argent, obtenir le visa …), j’ai finalement pu vivre au Japon en tant qu’étudiante pour ma dernière année de licence et ça a été la plus formidable année de ma vie.

A ce jour, après avoir terminé ma première année de master dans ma ville natale, Paris, je suis de retour au Japon pour 12 mois de stage dans une marque de prêt à porter avant de retourner achever mon diplôme à Paris.

Signification de mon tatouage: qu’est-ce que Koinobori?

J’ai choisi le koï (carpe japonaise) en raison de son sens:

« Les Japonais considèrent que c’est le poisson le plus animé, tellement plein d’énergie et de pouvoir qu’il peut résister à des torrents et des cascades. En raison de sa force et de sa détermination à surmonter tous les obstacles, il représente le courage et la capacité d’atteindre des objectifs élevés.  » (Musée national japonais américain, 2006)

Le sens provient de l’une des 24 histoires du Livre des Han postérieurs, où de tous les poissons du Fleuve Jaune, seule la carpe Koï a réussi à nager en amont de la cascade, jusqu’à atteindre la porte du dragon et devenir elle-même un dragon .

C’est au Japon un symbole de capacité à surmonter les difficultés de la vie ainsi que de réussite.

Devenir une expat et partir seule pour ce pays lointain où je ne connaissais personne et ne parlait pas la langue (seulement les bases à cette époque), a exigé beaucoup d’efforts et d’investissement. Étant mon rêve depuis si longtemps, j’ai travaillé très dur pour l’atteindre, et cette philosophie est devenue celle de ma vie.

Le Koinobori est présent aujourd’hui au Japon lors de la «journée des enfants» (5 mai), on peut voir des flûtes de carpe faites en papier voler partout au Japon d’avril à début mai.
C’est un symbole pour les garçons, car la détermination et le pouvoir de la carpe koï sont attendus des hommes japonais. Le koinobori est supposé apporter de la chance et les aider à grandir forts et en bonne santé.

Quand c’est le Koinobori au Japon, j’ai le sentiment que c’est un peu ma journée aussi et ça me rempli de joie.

Photos par Marta Bevacqua
Tatouage par Rin KG

 

https://i2.wp.com/parisienneintokyo.com/wp-content/uploads/2017/05/img-2.jpg

Leave a comment